Archive pour septembre, 2007

le bonheur

Je tenais a vous partager ce prêche de dame Lexartey, sur le bonheur…

Mes amis, savez-vous où se situe le vrai bonheur ? Oui, messire qui venez de lever la main ? Ah ! Non, le vrai bonheur ce n’est pas de passer sa journée à se saoûler en taverne. Il faudrait penser de temps à temps à s’élever un peu.

Je vais donc vous conter la rencontre que fit Aristote en allant à Mégare. S’étant perdu, il demanda son chemin à un homme croisé sur le bord de la route. Devant les réponses étonnantes de ce dernier, notre prophète réalisa qu’il avait face à lui un ermite. Voici un court extrait des échanges verbaux qui eurent lieu entre les deux hommes

Aristote : « Dis-moi, es-tu heureux ? »

Ermite : « Si je suis heureux ? Et comment ! J’ai tout ce qu’il me faut : l’eau de la rivière, des oliviers, un petit jardin. Et comme je ne suis pas maladroit de mes mains, je fabrique ce dont j’ai besoin. Je n’ai besoin de rien, ni de personne. Je suis parfaitement heureux. »

Aristote : « Un homme ne peut pas se contenter d’une telle vie. Ou alors il n’est pas pleinement humain. »

Eh oui ! Pour Aristote, l’homme est fait pour vivre au milieu de ses semblables et non perdu au milieu de nul part. Mais il ne faut pas oublier que chaque homme a un rapport différent avec Dieu, avec le monde qui l’entoure. Et pour respecter cette individualité, pour permettre à chacun de prendre le temps de réfléchir, nous avons tous la possibilité, quand nous le souhaitons, de prendre du recul et de faire une retraite spirituelle. Dans le calme et la prière, nous trouvons la concentration nécessaire pour mieux apprécier la Cité, c’est-à-dire la vie au sein de notre communauté.

Elle concluait sur le bonheur de vivre a St-Oide… et pourquoi pas à St-Louis?

Allez, je vous laisse en paix…

l’écoute du frère Girtan

ecoute1a1.gifecoute2b.gif

l’abbaye St-Louis et ces missions


Nous connaissons tous, désormais, en Maine, l’Abbaye St-Louis et son action dans sa communauté.

abbayestlouis.gif

On connait sa Chapelle.

Plusieurs fréquentent son monastère, toujours en élaboration et ouvert à de nouveaux moines afin de parchever sa fonctionnalité.

On visite régulièrement son marché toujours fleurissant de légumes, ces cours de séminaire primaire sont de plus en plus suivis, aussi, par des laïcs comme par des prêtres.

Les salons et appartements ou moines et convers se croisent sont presque toujours plein.

Les Champs sont sont de moins en moins en jachère, ces ateliers et fours fournis, son histoire, passée, et présente se fait sans arrêt.

De cendres à rennaissance. Tout pour faire un monde. Et tout un monde qui fait St-Louis. Voilà notre abbaye que vous connaissez.

J’aimerais vous parler maintenant de son activité, dans un cadre un peu plus large.

La communauté de St-Louis c’est impliquée dans plusieurs oeuvres, que nous appellons ses missions.

Vous connaissez, mainois, les missions St-Louis, déjà.

lacharitemontmirail.gif

Ouvertes et tenues en collaboration des mairies mainoises, mais aussi à nombre de gens déterminés, tantôt diacres, tantôt simple fidèles, mais tous prêt à aider la cause des vagabonds. Ils ont ainsi ouvert une taverne, que nous nommons mission, où peut se dérouler, contrairement à une taverne classique, de bonnes discussions saines sur l’aristotélisme, en ce lieu consacré et béni. Les fidèles, au contraire des églises, peuvent y avoir de franches discussions, ouverte, et échanger sur la chose aristotélisme, avant, ou après la prière. C’est donc, par l’ouverture de ces missions, toute notre église qui en profite. C’est un lieu de prédilection pour y développer de nouvelles vocations…

Mais nous avons aussi d’autres pôles, que j’aimerais ici vous faire découvrir:

Il y a d’abord l’aide au vagabonds:

 

Ce fut la première remise en état de l’abbaye. Les planchers étaient encore corrects, du moins ils le demeurent pour l’heure. Le toit ne coule qu’à peine. Quelques planches bien placées, et cela a fait l’affaire. Il manque toujours quelques fenêtres, mais les courrants d’airs ne sentent pas partout.

 

ailevagabonds.gif

Passez nous voir. Vous y trouverez des informations et de l’aide importantes.

Aux premières heures de la mise en fonction de l’abbaye, c’est ici que les vagabonds prenaient leurs pains. Depuis, il est distribué directement au village, via la mission St-Louis. On y tient désormais un dortoir, disponible pour tous vagabond désireux de trouver des draps propres, et de jouir du confort des hamacs disponibles.

Ensuite, vous avez assisté avec moi à la réouverture de l’orpholinat de la Reyne Blanche:

Lieu de charité, de piété, lieu de générosité, de pardon et de deuxième chance…

orphelinat.gif

Après plus de 125 années de silence, voilà que cette institution renait de ces cendres. Venez rencontrer dame Passion qui vous expliquera comment procéder, que vous désiriez adopter un enfant, ou encore, nous confier un enfant déshérité…

Notre mission est d’offrir aux enfant qui n’ont plus cette chance de connaître une vie meilleure, entourée d’un père et d’une mère, dasn un environnement aristotélicien. La vertu entraine la vertu, et ainsi, comme le dit notre dogme, ce n’est pas aux enfant de payer pour les pêchés des parents. Ils pourront donc, en toute circonstance, tenter d’atteindre le paradis, comme chacun de nous.Une cérémonie de baptême rendra les parents tuteurs des enfants devant le Très Haut.

D’ici là, moines et convers se chargeront de la bonne garde de nos enfants retrouvés. Mais, disons-le ainsi: nous comptons particulièrement sur vous pour accomplir cette mission dans un contexte aussi naturel que possible, et permettre ainsi à ces enfants de trouver une vraie famille. Car c’est de cela qu’ils ont le plus besoin.Pour participer à cette oeuvre, passez aux bureaux de l’orphelinat, et indiquez-nous votre intention.

Nous développons également un autre pillier, en celui de la diffusion de la foi:

 

Nous avons établi, en parrallèle aux missions sociales, des installations pour servir autrement les paroissiens. Servir le pain est nécessaire. Éduquer les paroissiens l’est tout autant.

presbyteres.gif

Ainsi, avec notre équipe clericale, nous avons institué des lieux, en halle, qui nous servent de presbytères.

Il s’agit, essentiellement, d’une enfilade dédiée au proxélitisme de notre église aristotélicienne, et à la vulgarisation de nos concepts. Trop souvent, encore, les vagabonds, mais également les paysans et les artisans ne font pas la différence avec ce culte paien qu’est le catholicisme et notre dogme. Il en va de leur santé morale et de leur salut de parfaire leur éducation. Tantôt nommée presbytère, autrement, comme à Montmirail, simplement l’abbaye St-Louis, elle sert de fenêtre de diffusion de la foi supplémentaire.

Sur la halle de l’église, nous tenons messes, sacrements, et toutes cérémonies relatives à la chose lithurgique, ou encore, par exemple, les messages officiels. Mais la chose étant trop concrète pour bien des gens, nous proposons une sorte d’école du dimanche, si l’on veut.

Voici un apercu de quelques textes qui y sont abordés, ça et là. Entrelacé, toute l’action qui peut se dérouler entre les différents protagonistes d’un village…

 

Ainsi, nous tâchons d’accomplir une action qui est bonne pour tous, et qui montre les bienfaits d’une vie aristotélicienne, ansi que les retombées d’avoir, près de chez soi, un monstère capucin à l’oeuvre…

stlouisdeloin.gif

Venez nous rejoindre à votre tour. L’abbaye nexiste que par la communauté qui la compose.

Alex Blog | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CANTERBURY T@LES
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres